Sélectionner une page

Ishmaël, le conte philosophique de Daniel Quinn

Comment sauver le monde ? C’est la question que pose Daniel Quinn dans son livre Ishmaël. Publié en 1992, il relate les discussions entre un homme et un gorille. Profond, sincère et parfois drôle, il interroge sur la relation que nous avons aujourd’hui avec le monde naturel.

Ishmael-DanielQuinn

De quoi ça parle ?

Ishmaël, c’est la rencontre d’un vieux philosophe et d’un trentenaire en recherche de sens. Une rencontre fortuite, fruit d’une longue errance d’un professeur à la recherche de son élève et d’un élève à la recherche de son professeur. Lorsque l’homme tombe sur cette annonce : « Professeur cherche élève souhaitant vraiment sauver le monde », il n’hésite pas et prend contact avec la personne de l’annonce. Alors qu’il s’imagine recevoir l’apprentissage de l’un de ses semblables, il se retrouve nez à nez avec Ishmaël, un gorille de plus de cent cinquante kilos. Et ce texte, encadré dans le bureau du professeur, qui laisse pensif : « L’homme une fois disparu, y aura-t-il un espoir pour le gorille ? ».

Débute alors un échange socratique entre l’homme et le gorille, deux espèces proches, mais ayant suivi des trajectoires d’évolution différentes au sein du même monde. Ishmaël amène son élève à reconsidérer ce qu’il estime acquis et immuable dans nos civilisations. Pourquoi parle-t-on de « notre » planète ? Pourquoi pensons-nous que nous sommes en droit de prendre le contrôle sur tout ce qui nous entoure ? Quelles sont les origines de ces croyances ? Quelle relation avons-nous aujourd’hui avec le monde naturel ? Tant de questions qui sont abordées entre le professeur et son élève.

Mon expérience de lecture

Je ne savais pas à quoi m’attendre en ouvrant ce livre. Alors qu’il traite de sujets complexes et de questions existentielles, Daniel Quinn guide le lecteur au travers d’Ishmaël, le professeur. J’étais même surprise de ne pas comprendre certaines phrases, puis de constater que le personnage principal se posait les mêmes interrogations. Cela permet de comprendre pas à pas la réflexion proposée, à son rythme. Enfin, l’auteur utilise des métaphores très imagées mais efficaces.  Pour cela, il simplifie son raisonnement et donne l’impression au lecteur d’incarner lui-même l’élève. Au travers de ses enseignements, il tente de répondre à la question suivante : « Pouvons-nous sauver le monde de nous-mêmes ? ».

Contrairement à Sapiens de Yuval Noah Harari qui est très factuel, Ishmaël se rapproche plus du conte philosophique. Ces deux lectures sont finalement très complémentaires. Pour ceux qui n’ont pas le courage de lire Sapiens (sacrément épais), Ishmaël s’avère être une alternative intéressante et se lit assez vite. Je conseille aussi de lire la postface de Nicolas Cassaux, co-fondateur des Éditions LIBRE et membre de l’organisation écologique très engagée Deep Green Resistance (DGR). J’ai beaucoup aimé ce livre qui va, je pense, me faire réfléchir pendant de longues semaines !

« Le gorille une fois disparu, y aura-t-il un espoir pour l’homme ? » Mon avis : 

Plus d'articles

L’Histoire de Pi : une aventure philosophique

L’Histoire de Pi : une aventure philosophique

L'Histoire de Pi est une aventure fantastique aux allures de roman philosophique. À travers le regard de Pi Molitor Patel, Yann Martel questionne le sens et la pratique de la religion ainsi que le fait de croire en quelqu'un ou...

lire plus