Sélectionner une page

Réussir son déménagement zéro déchet : nos conseils et astuces !

Si le zéro déchet fait aujourd’hui partie de notre quotidien, il est parfois difficile de le mettre en place lors de situations inédites. Pour ce déménagement, nous avons fait de notre mieux pour réutiliser, revendre ou valoriser. Notre objectif était de faire du tri, un véritable défi pour un déménagement zéro déchet (ou presque) !

Déménagement zéro déchet

Où trouver des cartons pour un déménagement zéro déchet ?

C’est rapidement devenu une de nos priorités : trouver des cartons. Pour un déménagement, cela reste le contenant le plus approprié, d’autant plus si l’objectif est de stocker vos affaires pendant plusieurs mois, voire années. Dans le cadre de notre démarche zéro-déchet, nous avons favorisé les cartons de seconde main. Je vous partage ci-dessous quelques idées pour en récupérer facilement.

Geev, la plateforme de dons

Comme son nom l’indique, Geev est une plateforme de dons. On y trouve tout et n’importe quoi, c’est une véritable caverne d’Alibaba. Le principe est simple : pour « adopter » un don, il faut des bananes. C’est en quelque sorte la monnaie d’échange de l’application. Il est possible d’acheter des bananes ou bien d’en gagner en effectuant des dons. Pour cela, rien de plus simple, il suffit de prendre en photo l’objet que vous souhaitez donner et de le mettre en ligne. La plupart du temps, les échanges avec les Geevers sont très agréables, nous avons même reçu des gâteaux en échange de nos dons ! En plus, c’est ludique : plus vous donnez, plus votre niveau sur l’application évolue. Pour ma part, je suis Geever Ado et Charlie est Petit Geever 🙂

Pour en revenir à nos moutons, ou plutôt nos cartons, il faut savoir que ce sont des denrées rares sur l’application. Ils sont souvent pris d’assaut dès leur publication. Pas de panique, il suffit juste d’être relativement à l’affût et de savoir saisir l’opportunité. Grâce à Geev, nous avons pu en récupérer quelques-uns, du moins ce qu’il nous était possible de transporter à vélo. L’avantage du don c’est que c’est gratuit, et que ça permet de donner une deuxième vie à vos cartons.

Récupérer des cartons dans vos magasins préférés

Ça a été notre première idée pour récupérer des cartons : aller les chercher directement dans les magasins. En faisant nos courses, nous avions pris l’habitude de voir des piles de cartons ou de cagettes de livraison. Lorsque nous avons commencé à déménager, nous avons donc posé la question dans nos boutiques habituelles. Nous n’avons reçu que des réponses positives. La plupart du temps, les magasins s’en débarrassent et ne sont donc pas regardant sur ce qu’il advient de leurs emballages de livraison. Par contre, le format des cartons dépend du type de magasin dans lequel vous demandez. Par exemple, dans les épiceries, ils sont souvent ouverts sur le haut afin de mieux préserver les fruits et légumes. Dans les pharmacies, ce sont des cartons classiques mais de petite taille. Bien entendu, il faut venir les jours de livraison, sans quoi, pas de cartons !

Déposer une annonce sur les réseaux sociaux

Lorsque nous avons commencé à intégrer le zéro déchet dans notre quotidien, nous nous sommes inscrits sur de nombreux groupes dédiés sur les réseaux sociaux. C’est LE BON PLAN pour trouver des infos, poser des questions et passer des annonces. Il y a toujours quelqu’un pour proposer son aide ou partager ses bons plans. C’est comme ça que nous avons pu récupérer une bonne partie de nos cartons. J’ai simplement laissé un message sur le groupe, et deux heures plus tard, j’étais de retour à l’appartement avec mes cartons (toujours à vélo). C’est aussi l’occasion de faire de belles rencontres et de visiter certains quartiers de la ville dans lesquels vous n’avez l’habitude de vous balader.

La boutique en ligne de l’association Carton plein

C’est en faisant des recherches que je suis tombée sur le site de Carton plein. Cette association parisienne permet d’acheter des cartons en ligne sur toute la région Ile-de-France. Pas très avantageux pour nous qui étions à Lyon, mais c’est une initiative très intéressante ! Lorsque vous achetez des cartons, ils sont livrés chez vous, à vélo, par des personnes en situation d’exclusion sociale. Il est également possible les solliciter lorsque vous donnez vos cartons, après votre déménagement. Une initiative écologique, solidaire et à petits prix.

Il est également possible de récupérer ou d’acheter des cartons sur le site du bon coin. Nous avions trouvé des annonces sur le site, mais n’avons jamais reçu de réponse à nos sollicitations. C’est probablement possible, mais dans notre cas cela n’a pas abouti.

Déménager zéro déchet

Où vendre et donner ses affaires avant de déménager ?

Parce qu’avoir des cartons c’est bien, encore faut-il les remplir ! Dans notre cas, l’objectif étant de délester d’un maximum de choses, nous avons fait le choix de revendre ou de donner la majeure partie de nos affaires. Une étape indispensable dans le cadre de notre déménagement zéro déchet (sauf si vous décidez de garder toutes vos affaires bien sûr).

Les meubles, la vaisselle et autres

Nous avons vendu tous nos meubles sur * roulement de tambours * le bon coin ! Cela reste la plateforme de référence en termes d’achat ou de vente d’objets neufs ou d’occasion. L’important étant de s’y prendre à l’avance si vous souhaitez vendre vos meubles à prix correct. Une fois que ce constat est fait, il est possible de quasiment tout vendre.

L’autre alternative pour se libérer de ses meubles c’est le don. Je vous en parlais ci-dessus, la plateforme Geev est parfaite pour ça ! Nous avons donné ce que nous n’avons pas réussi à vendre. Lorsque j’avais emménagé dans mon appartement, j’avais récupéré de la vaisselle et des couverts d’occasion sans grade valeur. Impossible de vendre ce type d’objet : j’ai tout donné sur Geev.

Faire le tri dans ses vêtements

Lorsque j’ai ouvert mon armoire pour faire le tri de mes vêtements, j’ai su d’avance que ça allait être long et douloureux. Non pas que j’en ai tant que ça, mais plutôt parce que j’allais devoir faire des choix. À chaque fois que je prenais un tee-shirt ou un jean, je me disais : « je ne l’ai pas mis depuis des années, mais bon, on ne sait jamais… ». Vous la connaissez cette petite voix ? Ça n’a pas été facile, mais je m’y suis mise. J’ai commencé par poster un maximum d’annonces sur la plateforme Vinted : « Si tu ne le mets pas, vends-le ». C’est très rapide, mais il faut faire attention à mettre des photos de qualité. Parfois, mieux vaut être patient car certains articles ne se vendent qu’au bout de plusieurs semaines ! Il est possible de les booster pour augmenter leur visibilité : c’est payant, mais parfois très utile.

Pour les vêtements qui sont encore en bon état, mais qui ne se vendent pas, vous pouvez les donner à l’association le Relais. Des  bornes dédiées à cet effet sont dispersées dans la plupart des grandes villes. Les vêtements à donner doivent propres et lavés, il ne doit pas y avoir de trous ou de tâches. Il suffit de mettre vos articles dans des emballages bien fermés et de les glisser dans la benne. De quoi leur offrir une seconde vie et faire de la place dans vos placards ! Personnellement, j’ai donné des sacs ENTIERS et des sacs de tee-shirts ou de jeans que je conservais « au cas où ».

Déménagement zéro déchet : les livres

J’adore accumuler toutes sortes de livres chez moi. Je trouve que cela permet de garder une trace de notre vécu. Un livre reflète souvent un état d’esprit ou une phase de questionnement associé une certaine période de notre vie. Par exemple, j’ai toujours gardé un livre que j’avais acheté au collège et qui racontait l’histoire d’une petite fille complexée par sa taille… Bref, il n’empêche que j’en avais beaucoup trop, et que j’ai dû faire le tri. J’ai essayé de me défaire de ceux dont je n’avais pas forcément apprécié la lecture, puis de ceux dont j’étais certaine de ne pas les relire. J’ai donné la majeure partie à Emmaüs : pour moi, les livres doivent pouvoir être accessible à tous.

Cependant, si vous préférez les vendre, j’ai découvert deux organismes qui se proposent de racheter vos livres. Le prix de rachat dépend de la cote du livre : s’il est très recherché, vous pouvez le revendre quelques euros, contre quelques dizaines de centimes s’il ne l’est pas.

  • Momox : Momox rachète et revend les livres, DVD, CD, etc. dont vous n’avez plus besoin. Leur système est simple, il suffit de saisir le code barre au dos de votre article, ce qui vous permet de connaître son prix de rachat. Ensuite, vous enveloppez tout ça dans un carton et vous l’envoyez chez Momox. Une fois la commande reçue, vous recevez votre argent.
  • Gibert Jeune : même principe chez Gibert Jeune, librairie d’origine parisienne et spécialiste du livre d’occasion. J’adorais traîner dans leurs magasins à Paris et revenir les bras chargés de bouquins pour une dizaine d’euros. Seule contrainte, il faut un minimum de trois articles d’une valeur supérieure ou égale à 15 euros pour déclencher la vente.

Je n’ai pas testé ces deux solutions car il faut beaucoup de livres pour que ce soit un minimum rentable. La saisie des codes barres et l’envoi des colis demande pas mal de temps, au regard de la somme d’argent récupérée.

Charlie qui déménage

Déménagement zéro déchet, et le reste ?

Quand j’écris « tout le reste », je pense à toutes ces bricoles dont on ne sait pas quoi faire dans un déménagement. Ces verres que vous n’utilisez plus, ces serviettes de bain qui ne sortent plus du placard ou ce plat à tarte trop rayé pour être réutilisé. Quelles sont les solutions possibles ?

Faire du tri : la déchetterie mobile

Ok, ça peut paraître trivial, mais il fallait quand même le souligner. Lorsque toutes les options ont été envisagées et que la seule issue reste la poubelle, ce n’est pas un drame. En revanche, il est toujours possible de trier ! En effet, tous les objets ne vont pas nécessairement au tout-venant. Le mieux est d’aller jusqu’à une déchetterie afin d’être bien conseillé. Cela permet d’éviter de jeter des métaux, des déchets électroniques ou des tissus dans les poubelles ordinaires. Autre bonne nouvelle, la plupart des grandes villes mettent en place des déchetteries mobiles. Par exemple, c’est le cas à Lyon et à Villeurbanne. Plus besoin d’aller à la déchetterie, c’est elle qui vient à vous. Une aubaine pour ceux qui déménagent et qui n’ont pas de voiture (comme nous quoi).

Limiter les déchets liés au déménagement

Dans le cadre de notre déménagement zéro déchet (ou presque), nous avons essayé de limiter l’utilisation d’emballages plastiques. Voici quelques alternatives que nous avons tentées de mettre en place :

  • le papier bulle : c’est un type de plastique qui se recycle très mal voire pas du tout. Pour protéger nos affaires, nous avons tout enveloppé dans du papier journal de magazines qui traînaient dans nos toilettes depuis une éternité. C’est tout aussi efficace ;
  • le scotch : il n’y a pas vraiment d’équivalent, surtout si vous utilisez des cartons. Pour nous, il nous a été indispensable ! En revanche, nous avons veillé à ne pas trop en mettre quand c’était possible ;
  • les sacs plastiques : ils peuvent parfois servir à emballer certaines choses. La plupart des boutiques fournissent désormais des sacs réutilisables, qui font très bien office de sacs de stockage.

Je crois que c’est à peu près tout ! Alors bien sûr, déménager a été pour nous source de déchets. Comme pour tout, nous avons essayé de faire de notre mieux !

Le déménagement zéro déchet existe-t-il ? D’après notre expérience, pas vraiment. En revanche, il est largement possible de réduire ses déchets et de limiter ainsi son impact environnemental. Don, vente ou recyclage, il y a souvent une alternative pour tout objet dont vous souhaitez vous débarrasser ! En attendant, je souhaite du courage à tous ceux qui déménagent, ça n’est pas toujours facile !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles

Comment trouver son équilibre en voyage ?

Comment trouver son équilibre en voyage ?

Entre nos activités professionnelles, personnelles et nos déplacements, trouver son équilibre en voyage est devenu une véritable quête personnelle. En tant que nomades, c’est une question qui revient très souvent dans nos...

lire plus