Sélectionner une page

No poo : le bilan deux mois après

Il y a maintenant deux mois, je prenais la décision de me lancer dans le no poo, c’est-à-dire de ne plus utiliser de produits chimiques sur mes cheveux. Retour sur ces premières semaines d’expérience sans shampoing industriel.

no poo

L’indispensable cure de sébum

cheveux

Pourquoi faire une cure de sébum ?

C’est l’étape indispensable pour passer au no poo, mais également la plus difficile. L’objectif ? Désintoxiquer le cuir chevelu pour qu’il retrouve un rythme d’hydratation naturelle normal. En effet, l’utilisation intensive des shampoings et des tensioactifs qu’ils contiennent rendent nos cheveux dépendants de ces produits. Irritants et agressifs, ils obligent le cuir chevelu à regraisser plus rapidement pour se protéger. La cure de sébum permet au cheveu de se reconstruire naturellement et de retrouver une certaine autonomie. J’en parle plus en détails dans mon article Pourquoi se lancer dans le no poo. À noter qu’avant de se lancer, il est conseillé de n’utiliser déjà que des shampoings bio ou naturels, et de déjà espacer les lavages de quelques jours.

Comment faire la cure de sébum ?

En parcourant différents articles sur le sujet, je me suis rendue compte qu’il y avait plusieurs méthodes pour réaliser la cure de sébum. Cela dépend des conditions et des préférences de chacun. Pour ma part, je pense qu’il vaut mieux  s’y mettre à fond plutôt que de devoir  s’y reprendre à plusieurs fois. Certains pratiquent le water only, c’est-à-dire qu’ils ne se lavent les cheveux qu’avec de l’eau. D’autres font tout de même un ou deux shampoings secs pendant le mois sans rien. Pour ma part, j’ai tenu deux semaines sans rien, puis j’ai craqué en faisant un shampoing sec à base de farine de maïs… Cela m’a aidé à tenir une semaine de plus en étant un peu plus sereine.

Combien de temps doit la cure de sébum ?

Le plus longtemps possible ! Du moins en théorie. Finalement, l’objectif est d’atteindre que le cuir chevelu commence à se réguler. Au bout de deux semaines, mes cheveux ne graissaient plus. Mon cuir chevelu s’était stabilisé et j’ai pris la décision d’arrêter. La durée idéale est donc propre à chacun. Il est important de noter que la cure de sébum n’est pas psychologiquement facile. Avoir constamment l’impression d’avoir les cheveux sales sans que cela affecte sa confiance en soi n’est pas toujours évident. Ne forcez pas si vous constatez que cela devient trop difficile.

Se lancer dans le no poo : et après ?

shampoing

La fin de la cure de sébum

Et le bonheur du premier shampoing après la cure de sébum ! C’est peut-être le meilleur moment de la transition vers le no poo. Pour ce premier shampoing, j’ai suivi les conseils d’Antigone XXI qui propose d’utiliser du bicarbonate de sodium fin (attention à la granulométrie qui doit être fine), mélangé à un peu d’eau pour obtenir une pâte. J’ai lavé mes cheveux à l’eau chaude, puis rincé à l’eau froide avec un peu de vinaigre de cidre. L’alternance eau chaude et eau froide permet de resserrer les écailles du cheveu. Le résultat a été immédiat : j’avais les cheveux impeccables, légers et légèrement ondulés. Bref, le bonheur.

À quelle fréquence se laver les cheveux ?

Là encore, il faut savoir qu’il n’y pas de méthode unique, seulement celle qui vous convient le mieux. Les propriétés de nos cheveux sont toutes différentes et ne sont pas celles de tels ou tels blogueur. Il faut apprendre à s’écouter et à suivre les réactions de son cuir chevelu. Pas de panique si vos cheveux regraissent seulement quelques jours après votre premier shampoing : on parle bien de « transition » vers le no poo. Or, une transition ne se fait pas du jour au lendemain, il faut savoir être patient. Actuellement, c’est-à-dire deux mois après la fin de ma cure, je fais un shampoing tous les dix jours environs, avec un shampoing sec en complément si nécessaire. J’essaie progressivement d’espacer mes shampoings, en respectant le rythme de mon cuir chevelu.

Par quoi remplacer le shampoing ?

Il existe énormément de recettes de shampoings naturels ou no poo disponibles sur des blogs ou autres sites Internet. Le plus difficile reste de trouver celle qui convient à vos cheveux. Pour ma part, j’ai testé plusieurs produits, je vous partage mes premières impressions.

  • Le bicarbonate de sodium : un produit nettoyant mais irritant pour les peaux sensibles. Il faut faire attention à ne pas l’utiliser plus d’une fois pas mois.
  • L’argile verte : idéale pour les cheveux gras ou à pellicules ! Pour moi, c’est trop asséchant, utilisé à sec ou mouillé.
  • La fécule de maïs : c’est le bon plan pour un shampoing sec lorsqu’on n’a pas le temps de passer par la case shampoing. Le résultat est immédiat et bluffant ! Il s’agit simplement d’en saupoudrer un peu sur les cheveux.
  • Le Ghassoul : c’est une poudre lavante à base d’argile volcanique. Moins asséchant que l’argile, c’est une bonne alternative lorsque l’on souhaite passer au no poo.

Dernière expérimentation en date : le shampoing fait maison. La recette est la même qu’un savon classique, mais avec des huiles différentes. Il est notamment conseillé d’utiliser de l’huile de ricin, excellente pour les cheveux. L’avantage c’est qu’il est possible de maitriser la dureté de son savon et d’en contrôler les effets. Pour l’instant, j’en suis largement satisfaite !

La transition vers le no poo est un processus lent et pas toujours évident ! L’important reste d’écouter son corps et d’être patient. Au delà de dire stop aux shampoings industriels, cela permet de remettre en question notre apparence et de gagner en confiance en soi !

Pour en savoir plus sur ce qui m’a poussé à arrêter les shampoings industriels, je vous invite à lire mon article ici !

Plus d'articles

Ishmaël, le conte philosophique de Daniel Quinn

Ishmaël, le conte philosophique de Daniel Quinn

Comment sauver le monde ? C'est la question que pose Daniel Quinn dans son livre Ishmaël. Publié en 1992, il relate les discussions entre un homme et un gorille. Profond, sincère et parfois drôle, il interroge sur la relation...

lire plus